Voir les détails


Remise des prix du jury The Bobs à Bonn


Bassem Youssef - Cérémonie de remise des prix The Bobs 16

La photo des lauréats s’est faite sans lui et il n’a montré que son dos au public: Nastiker Dharmakata – un pseudonyme – court de grands risques s’il dévoile son visage. Il pourrait y perdre toute chance de retourner un jour dans son pays, le Bangladesh. „Je suis fier de ce recevoir ce prix, et reconnaissant d’avoir été choisi. Je le dédie à tous les blogueurs assassinés au Bangladesh“, a déclaré Nastiker Dharmakata sur la scène, lors de la remise des prix The Bobs 2016, qui s’est tenue à Bonn dans le cadre du Global Media Forum de la Deutsche Welle.

Nastiker Dharmakatha s’est imposé dans la catégorie „Journalisme citoyen“. Son documentaire Razor’s Edge (Sur le fil du rasoir) montre les menaces auxquelles doivent faire face nombre de blogueurs et écrivains bangladais, critiques du régime actuel. Ils sont la cible d’une vague d’assassinats, depuis plus d’un an. Tous ceux qui osent critiquer le mouvement islamiste en sont de potentielles victimes – c’est le cas de Dharmakatha, visé par des menaces venues des islamistes, mais aussi du gouvernement. Il a fui son pays, il y a six mois, avec femme et enfants, et vit en exil en Europe. „Mon pays me manque, la culture, la langue, tout me manque! Mais celui qui veut amener le changement doit accepter ce genre de sacrifices.“

 

Le changement, grand et petit

Il n’est pas seul, dans son combat pour le changement: la DW a honoré quatre personnes, qui s’engagent au service de la liberté d’expression et les droits de l’Homme. Deux des lauréats n’ont pas pu recevoir leur prix en personne. Dans la catégorie „Technologies au service du bien“, les quatorze membres du jury international ont récompensé l’application mobile Gershad. Elle répertorie sur une carte, en temps réel, les patrouilles de la police des moeurs iraniennes, permettant ainsi à ses utilisateurs et utilisatrices de faire un détour et éviter les contrôles. „La police devrait protéger nos intérêts. Mais elle est devenue un instrument du pouvoir“, a expliqué le lauréat, dans un message écrit.

Le changement, c’est un grand mot. Mais nous pouvons faire la différence par de petits gestes et initiatives“, voilà la conviction du lauréat dans la catégorie „Changement social“. Alok Dixit, venu d’Inde, se bat pour la cause des victimes d’attaques à l’acide, avec son initiative Stop acid attacks (Halte aux attaques à l’acide). Cette campagne vise à mettre un terme au silence qui entoure ces victimes, en multipliant les initiatives – portraits diffusés dans les médias sociaux, débats publics, cafés citoyens gérés par les victimes de l’acide. Un défi immense, alors que le sujet reste tabou en Inde. Pour Alok Dixit, „quand tu donnes à ces gens la force et le pouvoir de lutter, alors ils prennent eux mêmes leur vie en main!“.

 

Un invité surprise: Bassem Youssef

Le prix dans la catégorie „Arts et culture” a été remis au Centre pour la beauté politique, basé à Berlin. Le jury s’est laissé convaincre par la créativité de collectif d’artistes, une créativité qui a permis de provoquer un large débat public autour de thèmes comme la politique migratoire de l’Union européenne ou la vente d’armement à l’Arabie Saoudite, par l’Allemagne. Les lauréats ne sont pas venus recevoir le prix, car ils sont occupés à construire un millier d’ilôts, placés sur le chemin des migrants en mer Méditerrannée.

La remise des prix s’est toutefois faite en présence du présentateur de la télévision égyptienne et auteur satirique Bassem Youssef, qui a dû mettre un terme à ses activités professionnelles en Égypte, à cause de menaces. „Les gagnants des Bobs sont une source d’inspiration pour tous. Ils sont un exemple pour ceux qui veulent provoquer le changement et la preuve qu’une reconnaissance existe pour ceux qui s’engagent“, a déclaré Bassem Youssef. Il a profité de cérémonie pour appeler les dirigeants politiques européens à se montrer à la hauteur des valeurs qu’ils disent défendre, et à remettre réfléchir à leurs liens avec les États et gouvernements non démocratiques. Pour Bassem Youssef, „le soutien de l’Union européenne est l’une des raisons qui permet à bien des dictateurs de se maintenir au pouvoir“.

Les prix du jury 2016


Jury

56 projets numériques nominés, 14 experts du web venus du monde entier pour les départager et des débats animés: le jury international a désigné les lauréats de la douzième édition du concours international du webactivisme The Bobs de la Deutsche Welle.

Les quatorze membres du jury international ont dû choisir leurs projets favoris parmi les plus de 2300 propositions soumises par les internautes. Sites web, applications mobiles, comptes Instagram ou pages Facebook: autant de preuves de la créativité avec laquelle les activistes du web défendent les causes qui leur sont chères.

Journalisme citoyen: Razor’s edge (Sur le fil du rasoir), Bangladesh

Leur engagement vaut à certains activistes d’être menacés, poursuivis ou même assassinés. C’est le cas des blogueurs athées bangladais, qui risquent leur vie en revendiquant leur liberté d’opinion. Quatre d’entre eux ont perdu la vie dans des agressions menées par des milices islamistes en 2015, et nombreux sont ceux qui dû se résoudre à l’exil. Le documentaire Razor’s edge (Sur le fil du rasoir), lauréat dans la catégorie Journalisme citoyen, montre leur combat. Son auteur, le blogueur bengladais Nastiker Dharmakatha dénonce également l’inaction de la classe politique, qui a favorisé la création d’une culture de l’impunité favorable aux meurtriers.

https://www.youtube.com/watch?v=Lxg_iHMGSjA&feature=youtu.be

Technologie au service du bien: Gershad, Iran

L’application iranienne Gershad s’impose dans la catégorie Technologies au service du bien. Elle répertorie sur une carte, en temps réel, les patrouilles de la police des moeurs iraniennes, permettant ainsi à ses utlisateurs et utilisatrices de faire un détour et éviter les contrôles. Un systême astucieux qui a séduit des femmes – elles doivent se couvrir les cheveux et sont soumises à un code vestimentaires strict dans l’espace public  comme des hommes, qui eux aussi peuvent être arrêtés si leur tenue est jugée indécente. À la manière des applications anti-radar routiers, les signalements sont faits par les internautes eux-mêmes.

https://www.gershad.com/

Arts et culture: Zentrum für politische Schönheit (Centre pour la beauté politique), Allemagne

Le Centre pour la beauté politique est le deuxième projet allemand à être récompensé par un jury The Bobs, cette fois-ci dans la catégorie Arts et culture. Cette initiative basée à Berlin, pilotée par un collectif d’artistes, a sécoué le débat public autour des migrations par une action choc: „Die Toten kommen“ (les morts viennent), pour laquelle le Centre pour la beauté politique a fait croire à la presse qu’il allait organiser les enterrements, sur le sol allemand, de plusieurs migrants morts dans des naufrages en Méditerranée. Une action fortement controversée, mais qui a permis d’attirer l’attention de l’opinion publique allemande sur le sort des milliers de migrants qui risquent leurs vies pour franchir les frontières européennes.

Le commerce des armes a également fait l’objet d’actions du collectif, a expliqué Katharina Nocun, membre du jury The Bobs pour la langue allemande: „Cette initiative invite les Allemands à envisager la problématique des migrations dans sa globalité, en montrant la responsabilité des pays exportateurs d’armes – comme l’Allemagne – dans les conflits qui secouent le globe“.

www.politicalbeauty.de

Changement social

Stop acid attacks (Halte aux attaques à l’acide) est une campagne visant à dénoncer ces attaques, qui touchent de nombreuses femmes, chaque année, en Inde. Elles sont les victimes de crimes d’honneur, lorsqu’un membre de leur famille ou un prétendant rejeté leur jettent de l’acide au visage en guise de représailles. Un jet d’acide laisse des séquelles irréversibles sur la peau des victimes, souvent défigurées, et donc rejetées par leurs communautés. La campagne Halte aux attaques à l’acide vide à mettre un terme au silence qui les entoure, en multipliant les initiatives – portraits diffusés dans les médias sociaux, débats publics, cafés citoyens gérés par les victimes de l’acide.

http://www.stopacidattacks.org/

La remise des prix des Bobs 2016 se tiendra à Bonn, lors du Global Media Forum de la Deutsche Welle (13 au 15 juin 2016).

http://www.dw.com/en/global-media-forum/global-media-forum/s-101219

Le prix de la liberté d’expression de la DW attribué à Sedat Ergin


Sedat Ergin

Le prix de la liberté d’expression récompense une personne ou une initiative qui se distingue par son engagement pour les droits de l’Homme et la liberté d’expression.

La Deutsche Welle attribue le prix de la liberté d’expression 2016 au journaliste Sedat Ergin, rédacteur en chef du quotidien “Hürriyet”.

Sedat Ergin est poursuivi devant les tribunaux turcs, accusé d’avoir insulté le président Recep Tayyip Erdoğan. Comme nombre de ses confrères, il court chaque jour de grands risques pour protéger son indépendance et faire respecter la liberté de la presse. Hürriyet est le quotidien turc indépendant le plus lu de Turquie. Ses locaux ont été attaqués par deux fois, l’année dernière, par une foule de partisans du parti au pouvoir, l’AKP.

Lors de sa comparution, en mars dernier à Istanbul, Sedat Ergin a dressée un tableau sombre de la situation de la liberté de la presse en Turquie : “En 2016, les couloirs des tribunaux et les salles d’audience sont devenus des lieux bien connus des journalistes turcs. La liberté de la presse se limitera en 2016 aux couloirs des palais de justice.”

Mais Sedat Ergin poursuit son combat, et c’est cet engagement qu’a souhaité récompenser la radio-télévision internationale allemande. Peter Limbourg, son directeur :

Sedat Ergin mérite ce prix. Il s’engage pour la liberté de la presse. Il est menacé en Turquie. Et je pense qu’en tant que Deutsche Welle, nous ne pouvons pas tolérer plus longtemps que des journalistes, des scientifiques, des artistes soient systématiquement menacés par les autorités turques. C’est donc là un signal fort que nous envoyons depuis l’Allemagne. Nous ne pouvons accepter un tel outrage à la liberté de la presse.

Un prix que Sedat Ergin souhaite dédier à tous ses collèegues, qui dans le monde entier doivent braver les dangers et les menaces lorsqu’ils exercent leur métier.

La Deutsche Welle a lancé son premier programme radiophonique en langue turque en 1962. Depuis 1995, la rédaction publie également sur internet. Nous sommes étroitement lié, en amitié, avec le peuple turc“, a noté Peter Limbourg, avant d’ajouter “nous ne pouvons pas regarder sans rien dire le comportement de l’administration turque, qui cherche à intimider et persécuter systématiquement journalistes, artistes et universitaires.

Pour l’heure, difficile de savoir si Sedat Ergin pourra venir en personne à Bonn pour recevoir son prix. Ce dernier sera remis au mois de juin dans le cadre du Forum Mondial des médias organisé par la Deutsche Welle. L’an dernier, le lauréat du prix pour la Liberté d’expression était le blogueur saoudien Raif Badawi. Lui-même étant en prison, c’est sa femme qui était venue en Allemagne pour lui.

Remarques quant au vote sur thebobs.com


Chers internautes,

Cette année, comme les précédentes, le site web des Bobs a été la cible d’attaques visant à fausser le résultat du vote du public. Nous sommes à pied d’oeuvre, afin de contrer ces tentatives de manipulation. C’est pourquoi, tous les votes qui nous semblent suspects seront compatbilisés sur la page, mais pas directement attribués aux candidats concernés.  Nous soumettons d’abord ces votes à un contrôle technique, avant de les attribuer aux candidats – si tout s’avère être en ordre.

Nous avons par ailleurs reçu des plaintes occasionnelles, concernant des problèmes de connexion au site. Nous examinons chacune d’entre elles. Si vous aussi, vous êtes concernés par ces problèmes, merci d’attendre un peu, puis de rééssayer de vous connecter, en utilisant si possible un navigateur récent (Chrome, Firefox, Safari). Si le problème persiste, vous pouvez nous envoyer un mail avec des précisions concernant l’heure de la connexion, le fuseau horaire, le système d’exploitation et le navigateur utilisé à l’adresse mail service@dw.com .

En vous remerciant par avance de votre compréhension !

 

1 2 3 4 5